Suivi de chantier

Le canot Serpollet

Historique Marque : Les frères Serpollet (Henri et Léon) sont les pionniers de l’automobile au milieu du XIXème siècle et grands inventeurs des mœurs à vapeur. Partenaires de nombreuses marques automobiles naissantes, surtout côté compétition, ils se sont essayés au nautisme (Monaco) via d’élégants cruisers à vapeur.
Le succès venant, ils ont fabriqué des canots bois simples et élégants dans une usine créée à cette occasion à La Coucourde (Drome) jusqu’au milieu des années 30, notre canot vient de cette usine.

Cap de la rénovation : on a imaginé le canot d’apparat de l’usine sur base de ceux produits et qui servait à embarquer les VIP

Budget de l’opération : 1 913 € / autofinancement 100% par le Cercle

    • Achat du canot : néant (donné / achat de sa remorque 210 €)
    • Bois : 575 €
    • Peintures / vernis : 523 €
    • Vis et divers : 350 €
    • Accastillage : 215 €
    • Moteur : 250 €

Nbr heures de travail : 500 H

Étape 1 : le démontage des éléments bois

Cette étape permet de comprendre la façon dont le bateau a été conçu et de vérifier la qualité des bois de sa structure.
Bien entendu, chaque morceau démonté est conservé soit pour être replacé soit comme patron.

Étape 2 : la coque

Retournée, elle est inspectée sous ses moindres détails et la partie malade est découpée pour être remplacée.
Elle est intégralement poncée puis préparée pour être fibrée (choix de l’association).
Une fois fibrée, elle reçoit 3 couches de peinture bi composante
On la laisse tranquillement sécher.
Décision est prise de ne pas peindre les bois de pont mais de les venir (Tonkinois).

Étape 3 : l’intérieur

Chaque centimètre carré des bois est intégralement poncé pour être au plus près de la matière brute. Et nettoyé pour la suite des travaux.
Un plancher a été posé sous forme de lattes afin de ne pas trop alourdir le canot. Des renforts ont été installé pour sécuriser la circulation à bord
Chaque latte a été vernis au Tonkinois​.

Étape 4 : Les plats-bords​

Etape essentielle, la découpe, la pose des plats-bords en bois qui assurent à la fois l’esthétisme général sr l’eau et la solidité quand on monte à bord, la lasure…
Cette étape permet aussi de refixer les anciens morceaux de bois restaurés et de tester l’accastillage en bronze chiné pour l’occasion

Étape 5 : Le futur parebrise​

Folie des restaurateurs, car pas existant au départ, mettre un parebrise dont la structure est en bois. Complexe avec ses angles dans tous les sens, le saut de vent souhaité… D’abord un proto puis patiemment le cadre s’ajuste pour être parfait !
A venir, les vitres plexiglass qui ajoureront cet élément !

Étape 6 : Vernissage

Etape importante pour protéger le bois et lui donner un bel éclat.
Le vernis utilisé est le tonkinois (huile de bois) réputé pour sa belle couleur chaude.
3 couches ont été apposée sous tunnel pour avoir la bonne température !

Étape 7 : Finitions

Poses des bronzes, des pontets, renforts pour le moteur, bout de traction, crochet de remorquage.
Fanion, gaffe, pagaie : Le Tout d’époque et patiné par le temps.
Remise en état de la remorque (rouleaux, électricité, plaque, garde-boues…)

Notre bateau a été baptisé le 17 mars 2022 avec l’ensemble des pilotes du Cercle
Il est maintenant officiellement le canot « Serpollet », canot d’apparat de l’usine de la Coucourde !!

Le Paimpol

Étape 1 : La sortie du moteur pour sa rénovation

Pesant plus de 250 Kgs et aux vis ayant connues de nombreuses décennies de mer, nous avons profité du portique du port pour cette opération minutieuse.
Le moteur est maintenant rangé dans le conteneur en attendant son démontage pour sa rénovation.
Budget prévu 3 000 €.

Étape 1bis : Nettoyage de la cale et protection du chantier

Dans la cale c’était l‘amoco cadiz ! bidons d’huile, boules de graisse, bouts de tuyaux, écrous, déchets…
On a tout nettoyé à la brosse, au sopalin, à l’ajax et il reste le ponçage des membrures.
3 sacs poubelles + 3 sacs poubelles de sable de filtration des eaux.
On a installé une ossature pour protéger de la pluie et protéger l’accès au chantier.
Le récent orage sur Vernon a prouvé la solidité de l’armature et de la bâche.

Le Lady

Pour mémoire, la rénovation du lady engagée depuis 2019 comporte 8 chantiers. Nous attaquons le chantier 7 : le remplacement des membrures avant.

 

 

 

 

 

 

Le but est de remplacer les demi membrures (jambettes) de l’avant du bateau qui sont en très mauvais état et donc fragilisent la rigidité de la proue qui elle-même est en mauvais état.
Cette opération a été longuement préparée en amont, le bois a été donné par un bénévole (chêne très sec) et le we du 11 et 12 mai, le chantier a pris possession du ponton des annexes pour être le plus bas possible sur l’eau.
11 des 12 jambettes ont été remplacées et ajustées une par une pour une solidité maximale (boulons et vis inox).
Nous avons pu récupérer l’ensemble tribord qui nous sert d modèle pour le bâbord en cours de préparation.
Merci aux compagnons de chantier qui ont été top efficace : sabrina, Roland, Stephane, Etienne, Patrick et Jérôme.